Anticipation Logique Elaboration Action

TOGO: A QUAND LE RÉFÉRENDUM ?

04/12/2014 23:12

 

« Le silence de personne n’est particulièrement recommandé dans

la régression universelle qui s’opère actuellement sous nos yeux. »

Camille Amouro

“A force de sacrifier l’essentiel  pour l’urgence,

 on finit par oublier l’urgence de l’essentiel.”                                                                                   Edgar Morin

“On n’aurait jamais pu atteindre le possible si dans le monde

on ne s’était pas toujours et sans cesse attaqué à l’impossible.”

Max Weber

Lors de sa dernière visite en République d’Afrique du Sud, le Président de la République française, Monsieur Nicolas Sarkozy, a, dans une allocution très sonore, déclaré que la France allait négocier, avec les Etats d’Afrique, de nouveaux accords de défense. Au dire du Président de la République française, les accords signés au lendemain des indépendances, dans les années 1960, sont devenus obsolètes et ne correspondent plus à l’esprit du temps actuel, au regard de l’évolution du monde et des relations internationales.

Cette déclaration de Monsieur Nicolas Sarkozy semble s’inscrire dans la logique de la politique de « rupture » qu’il ne cesse de proclamer. Sincérité? -Je me permets donc de faire l’ajustement que voici:

        1. Pour que les accords à venir soient dépourvus de toute ambiguïté, sans arrière-pensée, il faut, au préalable, s’agissant du cas du Togo, que les autorités françaises, en collaboration avec la communauté internationale, organisent au Togo, à l’intention des populations du Togo, un referendum sur l’indépendance du Togo, pour que  les populations s’autodéterminent et disent si elles veulent l’indépendance ou si elles souhaitent le maintien du statut de la Loi-cadre qui a fondé et qui régit la République togolaise depuis le referendum du 28 octobre 1956.

        2. Certains intellectuels des milieux politiques et universitaires du Togo continuent à soutenir et propager la thèse selon laquelle les élections législatives anticipées du 27 avril 1958 « ont valeur de referendum sur la question de l’indépendance du Togo ». Et pourtant ils savent très bien que ces législatives ont été conçues non pour abolir, mais pour accomplir la Loi-cadre. En réalité, ces intellectuels cultivent avec malice la stratégie du camouflage par laquelle ils tentent de couvrir la caution qu’ils apportent à l’artifice d’indépendance postiche, péché originel, dont le Togo fut affublé, sans consultation des populations du Togo!

Huenumadji AFAN

A suivre !…

BCCM/PS/CHRONIQUE/17032008

 

 

© 2014 Tous droits réservés.

Créer un site internet gratuitWebnode