Anticipation Logique Elaboration Action

Messe pontificale transfrontalière

10/03/2016 10:06

« Le meilleur, c’est que, dans les conditions de communauté de destin et de possible société-monde, nous puissions envisager la Terre comme patrie, sans que cette patrie nie les patries existantes, mais au contraire qu’elle les englobe et les protège. » Edgar MORIN, Terre-Patrie, Préface 2010

    Le Pape François, chef de l’Eglise catholique, a terminé sa visite pastorale au Mexique par une célébration eucharistique de grand rassemblement. Convoquant à la communion les peuples de toutes nations et de toutes origines, par delà les frontières, montrant bien que le Mexique et les Etats-Unis ne font qu’un, le Pape François a, une fois de plus, mis le pied dans le plat, et frappé un grand coup…

    La question des frontières est l’une des grandes plaies qui minent l’humanité. C’est la problématique de l’humanité fragmentée. Elle suppose et impose forcément le mépris, le filtrage, l’exclusion, et même l’eugénisme, toutes indignités infligées aux humains sous tous les cieux. Chaque fois qu’un individu humain est bloqué quelque part à une quelconque frontière d’un quelconque territoire, l’humanité est en pernicieuse souffrance…

    L’humanité est une, et n’a qu’un seul et même territoire : le monde. Aussi bien la messe pontificale transfrontalière de ce mercredi 17 février 2016 sonne-t-elle comme un (r)éveil de conscience, et rappelle-t-elle, de manière percutante, ce qui devrait être constamment proclamé partout et en tout temps : la catholicité, c’est la mise à bas des frontières, c’est l’affirmation de l’humanité individuelle et universelle…

Huenumadji AFAN

A suivre !...

BCCM/PS/CHRONIQUE/20022016

© 2014 Tous droits réservés.

Créer un site internet gratuitWebnode