Anticipation Logique Elaboration Action

Mamadou et Bineta…

16/02/2015 13:28

 

« Nous qui sommes hommes, ne savons-nous pas bien jusqu’à quel point  d’autres hommes ont pu être ou imposteurs, ou dupes ? »  FONTENELLE

« Ne prenez pas le métro !

Prenez conscience ! »

AGUIGUI MOUNA

    Quelle horrible intolérance : être tenu de confesser Dieu, si l’on est – par exemple – citoyen du Togo ou des Etats-Unis d’Amérique ! Intolérance prescrite en son préambule par la Constitution    elle-même ! Une véritable misère existentielle que l’Etat républicain inflige à ses ressortissants,      sans doute sous le regard à la fois jaloux et bienveillant du Tout-Puissant, créateur de toutes choses :  le même Etat qui, en toute solennité, se met « sous la protection de Dieu », se proclame solennellement « laïque » ![1]

    Parlons clair : la laïcité, c’est le fait pour tout citoyen ou individu humain de n’être tenu à un quelconque devoir d’allégeance à une quelconque obédience religieuse ou non religieuse. Dans un Etat laïque – donc non théocratique ! – l’autorité suprême, c’est la laïcité. Laquelle repose sur deux principes fondateurs : le droit au blasphème, et le commandement corollaire absolu « Tu ne tueras pas ! » De ces deux principes fondateurs – vrai antidote contre l’intégrisme, l’obscurantisme, le fétichisme – il résulte que nul ne doit courir le risque de mourir par le fait d’avoir insulté Dieu ou toute autre instance quelle qu’elle soit…[2]

    La laïcité induit donc que tout croyant doit avoir à l’esprit qu’un croyant d’une obédience autre que la sienne peut manifester, à l’égard de sa croyance, le mépris le plus total, exprimé même dans les formes les plus abjectes. L’on constate avec regret qu’il est devenu très courant que le droit au blasphème soit ignoré, oblitéré, ou édulcoré, ramené – par opportunisme – à la notion de liberté d’expression, à laquelle du reste l’on s’empresse de mettre des entraves dites « dans les limites de la loi ». Façon pudique de gommer en douceur et la laïcité et la liberté d’expression !...

    La laïcité est le catalyseur par excellence de la paix entre les humains. Aussi bien  le concept d’Etat républicain, qui se met « sous la protection de Dieu », est-il compatible avec celui d’Etat républicain « laïque », à une condition : tout croyant[3] – athée ou non athée – doit se résigner à admettre une fois pour toutes que la laïcité est au-dessus de la croyance. C’est la seule voie pour être un vrai croyant.  Ne pas comprendre cela, c’est confirmer que l’on est venu au monde pour être de l’espèce de ces Mamadou et Bineta marqués d’une tare originelle, incapables à jamais de devenir grands.

Huenumadji  AFAN                                                                                                                                           A suivre !...

BCCM/PS/CHRONIQUE/07022015



[1] Constitution de la IVe République du Togo :

      Préambule : « Nous, peuple Togolais, nous plaçant sous la protection de Dieu, […] »

      Article premier : « La République Togolaise est un Etat de droit, laïc, démocratique et social. […] »

[2] L’une des manifestations les plus féroces des supercheries du fétichisme – le pire des fléaux qui minent l’humanité, et particulièrement vecteur des manipulations les plus sordides –, c’est d’accréditer l’idée qu’un être humain puisse mourir ou être frappé d’un mal ou d’un malheur quelconque par la volonté ou la puissance d’un être spirituel, sorcier, vodou, Dieu…

[3] Est croyant quiconque tient pour certitude une conviction forte, s’agissant de l’inconnaissable ou du métaphysique

 

© 2014 Tous droits réservés.

Créer un site internet gratuitWebnode