Anticipation Logique Elaboration Action

L’intellectuel soudard

07/07/2015 19:11

 

« .Nous avons désormais l’exigence d’appeler chaque chose

par son nom, pour payer notre tribut de franchise. »

SONY  LABOU  TANSI[1]

« Je demande à chaque personne de ce monde de ne pas oublier sa dignité que nul n’a le droit de lui enlever. » Pape François[2]

    Lorsqu’Ahmadou Kourouma lui remit un exemplaire d’En attendant le vote des bêtes sauvages[3], en lui signifiant que c’est bien lui qu’il a peint à travers le personnage de Koyaga, personnage principal du roman, le grand timonier national rayonna de joie. Il sourit intensément, marquant ainsi son agréable surprise. Et désormais de raconter à la ronde, à tout collaborateur ou visiteur ambiant, combien il était heureux de passer à la postérité par la plume de l’illustre écrivain ivoirien, ancien tirailleur comme lui.

    Le grand timonier n’avait cure d’une quelconque méprise. Il connaissait son déficit, ses propres limites : il ne lirait jamais l’ouvrage. L’essentiel était là, quoi qu’on dise, qu’on parle de lui en bien ou en mal : héros d’un livre, il s’incrustait définitivement dans l’histoire littéraire universelle. En réalité, le vrai Koyaga, en chair et en os, était victime du syndrome du soudard perpétuellement soucieux de se grader en intellectuel…

    Il est des intellectuels qui, par opportunisme, fricotent avec un soudard, nourrissant le secret espoir de le tourner en bourrique, convaincus d’avoir le dernier mot, et d’être suffisamment habiles pour ne pas se brûler. En fin de compte, l’intellectuel de cette catégorie se grade en intellectuel soudard.  Il subit même la pire des déchéances, la pesante humiliation tragique de se retrouver ministre de l’Education, …juste durant la période des vacances scolaires[4] ! Triste destin que celui de vouloir à tout prix – au mépris absolu de soi-même - « être grand quelqu’un ». Destin qui vaut à l’intellectuel soudard, mégalomaniaque trempé, d’être, à son tour, héros romanesque, souverainement proche de Koyaga ![5]

 

Huenumadji AFAN

A suivre !...

 

BCCM/PS/CHRONIQUE/07072015

 



[1] Sony LABOU TANSI, « Lettre ouverte au président MITTERRAND, candidat humaniste aux élections françaises », in Propos scientifiques (Lomé), mars 1988, pp. 5-8.

[2] Pape François, Encyclique  Laudato Si, § 205

[3] Ahmadou KOUROUMA, En attendant le vote des bêtes sauvages, Paris, Seuil, 1998

[4] Théo ANANISSOH, Le soleil sans se brûler, Editions Elyzad, Tunis, 2015, p. 15 : « Nous sommes en 1991. Il fut nommé ministre en juin, et cessa de l’être à la fin du mois d’août. »

[5] Question essentielle : L’intellectuel soudard est-il un intellectuel ?

 

© 2014 Tous droits réservés.

Créer un site internet gratuitWebnode