Anticipation Logique Elaboration Action

LA VRAIE PANDEMIE : LE DISCOURS SIDA

07/11/2014 18:01

BCCM/PS/CHRONIQUE/14062002

06/11/2014 15:19

« Il y a un certain nombre de valeurs avec lesquelles je ne transige pas : c’est-à-dire la justice, la vérité, la  liberté. »

 ETIEMBLE

            Au  regard de l’énorme masse de  production  littéraire et médiatique en circulation sur le VIH / SIDA, tout individu épris de vérité et d’humanisme doit s’interroger.

            Il y a une quinzaine d’années, dans un article intitulé « Au grands mots les grands remèdes » (in Propos Scientifiques n° 4, mars 1987), je faisais observer sue le sida est non seulement un virus, mais aussi une vis ; c’est-à-dire qu’il y a d’un côté le mal, et de l’autre le discours qui est tenu sur le mal. Le sida était alors perçu comme une maladie générée tantôt par les Nègres, tantôt par les Américains, selon que les auteurs des propos étaient soit Blancs américains, soit ressortissants du monde communiste. Le discours se faisait le reflet de thèses racistes, de conflits idéologiques, de la guerre froide…

            Depuis, le mur de Berlin s’est écroulé, la « mondialisation » est  devenue la nouvelle donne. Du coup, le sida s’est imposé comme une maladie de l’humanité tout entière, et le discours sida s’est complexifié. Désormais les comportements sociaux semblent dictés par une certaine « Organisation du Verbe » qui, par l’astuce d’une libération intensive et polymorphe du discours sida, cherche à « mobiliser » les populations à travers diverses campagnes de « sensibilisation » et divers effets de la magie audiovisuelle et de la presse.

            Les conséquences de cette orgie verbale sont désastreuses : psychologiquement anéantis, les présumés malades vont vite au trépas avant même que les virus n’aient eu le temps d’avoir raison d’eux.

            Disons les choses comme elles sont : la vraie cause du sida, c’est l’immuno-déficience. Lorsque le système de défense de son organisme est faible, l’individu tombe malade ; lorsque ce système est suffisamment fort, l’individu reste en bonne santé en dépit de la présence éventuelle du VIH (virus d’ummuno-déficience humaine), ou de tout autre agent pathogène. Or, fondamentalement, ce sont les conditions d’existence  qui permettent à l’individu d’avoir un système immunitaire efficient ou déficient

Les fabuleuses sommes d’argent investies dans les campagnes dites de « sensibilisation », ou dans la « prévention » devraient donc être utilisées plutôt pour assurer aux populations une véritable vie décente qui les mette substantiellement à l’abri des aléas même les plus périlleux.

Autrement dit : messieurs les radoteurs, créez-nous les conditions d’un bon environnement, d’une bonne éducation, d’une bonne nutrition, et inoculez-nous le VIH : nous ne nous en porterons que mieux !…

Huenumadji  AFAN

A suivre !

Internet  (Propos Scientifiques :  www.mediaspora.net)

 

© 2014 Tous droits réservés.

Créer un site internet gratuitWebnode