Anticipation Logique Elaboration Action

La raison hellène

20/07/2015 19:18

 

« .Nous avons désormais l’exigence d’appeler chaque chose par son nom, pour payer notre tribut de franchise. » SONY  LABOU  TANSI

« Je demande à chaque personne de ce monde de ne pas oublier sa dignité que nul n’a le droit de lui enlever. » Pape François

    Souvenons-nous : réuni à Cannes en France les 03 et 04 novembre 2011, le G 20 (Groupe des 20 pays les plus riches du monde) a fait injonction et imposé aux dirigeants grecs - sur pression du FMI (Fonds Monétaire International) et des « marchés financiers » - de se soumettre illico à leur diktat, et de renoncer à consulter par referendum le peuple grec sur la politique d’austérité qui lui est infligée. En disant NON à l’austérité lors du referendum du dimanche 05 juillet 2015, le peuple grec semble avoir pris – près de quatre ans plus tard -  sa revanche, et relevé le défi de la cinglante humiliation de novembre 2011 consistant à lui enlever même le droit d’être consulté…

    Seulement voilà : au lendemain du referendum, Alexis Tsipras, premier ministre grec, a révélé son vrai visage de faux héros de la résistance en négociant et en signant un accord de résignation qui accentue la misère du peuple grec. La forfaiture de Tsipras, c’est de faire semblant de s’indigner contre l’austérité et d’être du côté du peuple grec, alors même qu’il se disposait à céder aux injonctions de la finance internationale…

     Tsipras sait très bien que le refus de l’austérité implique une sortie de la Grèce de la zone Euro.     En évitant de faire clairement porter le referendum sur cette problématique du « Grexit », évidente mais implicite, il a usé de roublardise et a en fin de compte trahi ses concitoyens en leur apprêtant un plat que leur conscience réprouve et qu’ils sont pourtant tenus de consommer.

    Faux referendum, pure diversion : la faute impardonnable commise par Tsipras, c’est d’avoir pris sur lui tout seul d’empêcher la Grèce de courir la passionnante aventure – probablement périlleuse ? – de sa sortie de l’Euro ! Cédant au chantage, il a raté la belle occasion de renvoyer l’Europe à sa propre turpitude. L’on aurait vécu une situation sans doute bien cocasse, car l’Europe qui voudrait chasser d’Europe la Grèce, mère de l’Europe, serait-elle vraiment l’Europe ? Assurément, aussi bien en Grèce que dans le reste de l’Europe, la raison hellène est en berne ! 

    Au demeurant, aucun dignitaire, parmi ceux qui à Bruxelles sont au cœur des sanglantes décisions prises par l’Eurogroupe, n’admettrait d’être au tarif de vie auquel ils soumettent si allègrement les Grecs ! Une fois de plus, la preuve est faite que le problème qui se pose à l’humanité, c’est qu’il existe au monde des êtres humains dont le propre est de fonder leur bonheur sur la confiscation exponentielle du bonheur d’autres humains.

    On le voit : l’ordre prédateur s’accroche en permanence « à compter ses milliards, plutôt qu’à les utiliser pour construire » le bien-être du genre humain. Naguère, seule la Nigritie paraissait condamnée à l’asservissement perpétuel, et particulièrement destinée à passer sous les fourches caudines. Aujourd’hui, la négrification de tous les peuples est en marche !

    Sentence : Ces gens-là sont des sous-humains ; ils ont le quotient prédateur très élevé. Plus élevé est le quotient prédateur chez un individu humain, plus cet individu est de l’espèce sous-humaine…

 

Huenumadji AFAN

A suivre !...

 

BCCM/PS/CHRONIQUE/20072015

© 2014 Tous droits réservés.

Créer un site internet gratuitWebnode