Anticipation Logique Elaboration Action

Gaullympium

06/12/2014 10:23

 

« Ne prenez pas le métro !

Prenez conscience ! »

AGUIGUI MOUNA

« Lorsqu’on ne peut effacer ses erreurs, on les divinise. »

 CHATEAUBRIAND

     Après avoir longtemps diffusé et laissé croire dans l’opinion non informée qu’il y eut au Togo le dimanche 27 avril 1958 un référendum sur l’indépendance du Togo, les hagiographes du mythe de l’ « indépendance » se sont octroyé une nouvelle trouvaille : ils parlent désormais d’ « élections législatives-référendum » ! Tout cela pour persister dans l’odieux camouflage du scandale du gaullympium[1].

     Qu’est-ce donc que le gaullympium ?

Le gaullympium, c’est l’arrangement politique subterfuge baptisé « indépendance », conclu pour le Togo, sans avis ni mandat des populations du Togo, par Charles de Gaulle, président de la République française, et Sylvanus Olympio, premier ministre de la République du Togo, confirmant le statut d’autonomie interne[2].

    Depuis lors, tout ce qui se passe au Togo n’est que l’effet, la conséquence de l’endormissement irradié par le gaullympium[3]

 

Huenumadji AFAN

A suivre !...

BCCM/PS/CHRONIQUE/20032014



[1] C’est de la pure contre-vérité ce que raconte éperdument en particulier Godwin Tété, et qu’il a réaffirmé dans un de ses derniers textes, intitulé « 27 avril 1958 – 27 avril 2013, il y a 55 ans le peuple togolais imposa son droit à l’indépendance ». Pourquoi le Togo français serait-il indépendant, alors que le Togo britannique ne l’est pas ?

    Les faits sont les faits : le dimanche 27 avril 1958, eurent lieu au Togo des élections législatives pour gérer l’autonomie interne en République togolaise, et non un référendum sur l’indépendance du Togo ! L’autonomie interne était une condition suffisante pour la levée de la tutelle des Nations Unies sur le  Togo.

[2] Il résulte de ce gaullympium que l’ « indépendance », c’est bel et bien ce qu’a bien voulu concéder le général de Gaulle, une indépendance sous contrôle de la France ! En dehors de cette combinaison politique élaborée par le général de Gaulle en complicité avec Sylvanus Olympio, il n’y a jamais eu de processus d’indépendance approuvé par les populations du Togo. Le 27 avril, c’est l’ancrage définitif du Togo dans le giron de la France…

    Il convient de préciser qu’en le ramenant dans l’idéologie de la Loi-cadre du 23 juin 1956, au travers des législatives anticipées du 27 avril 1958, la France se donnait, en la personne de Sylvanus Olympio, homme de formation et de culture dominantes anglo-saxonnes, une parade contre les ruades antioccidentales de Kwame Nkrumah.

[3] A quand donc la prise de conscience ? Nonobstant la loi-cadre du 23 juin 1956 votée par l’Assemblée nationale française, confirmée au Togo par référendum le 28 octobre 1956, le gaullympium a été infligé aux peuples du Togo par esprit d’apartheid ! Au reste, le gaullympium est de la même substance que le gaullopium. La Guinée-Conakry exceptée, le gaullopium, suc du général Charles de Gaulle, a été instillé  à toute l’Afrique francophone dès le 28 septembre 1958, date du référendum sur la Communauté franco-africaine ! L’indépendance des Etats de l’Afrique noire francophone, c’est la révolution française conçue et exécutée par...Louis XVI.

 

© 2014 Tous droits réservés.

Créer un site internet gratuitWebnode