Anticipation Logique Elaboration Action

Chaire compensatoire

25/03/2016 18:27

« .Nous avons désormais l’exigence d’appeler chaque chose par son nom, pour payer notre tribut de franchise. »

SONY  LABOU  TANSI

     Par les temps qui courent, il est sans doute utile de prouver à la face du monde qu’être binational français n’entraîne pas nécessairement à être condamné à faire profil bas !            Le binational français peut fièrement arpenter les avenues et les boulevards du tout Paris, de Paris 7 janvier, de Paris 13 novembre ; il peut aller et venir quartier latin, rue des Ecoles, et pénétrer sans bavure jusqu’au tréfonds du grand Collège François 1er de France… Et se faire introniser en chaire au sein de la Basilique du savoir universel…

    Surtout : nous sommes au cœur de la Francophonie, et les choses peuvent parfois aller bien au-delà de ce qu’elles peuvent paraître. Aussi bien « Petit piment », bardé de culture, a-t-il sans détour fustigé l’ « inculture » du ministre de la culture, son congénère de la République Brazza, qui, alors que d’illustres convives ont marqué leur présence,  a tenu à boycotter la séance de « Leçon inaugurale », - dont il aurait pu se gaver -, leçon magistralement administrée par le même « Petit piment », en ce jour solennel du 17 mars 2016, date de son entrée triomphale dans la confrérie « Collège-de-France ».

    En Francophonie – dont c’est la sainte semaine – tout est coup-coup. La culture coup pour coup est en concurrence avec la politique. Coup sur coup elle est politique. Denis-ça-ne-suffit-pas, qui s’est cette fois-ci encore mis en route pour la énième fois, pour se faire introniser en Bantoustanie de Savorgnan, sait très bien, éternel parrain de « Tribaliques », toujours débouté de ses prétentions OIF, que la chaire de « création artistique » infligée à « Petit piment », n’est qu’un prix de consolation, subtile opération de substitution et de rachat. Oui, « Petit piment » vint, et fut celui par qui la compensation arriva. Des ténèbres à la lumière !...

    Tous les vrais dignitaires des rives du Congo sont solidaires de « Tribaliques » alias « Pleurer-rire », et de son Denis le parrain. Peut-être aussi Sony, absent par défaut, sagement trépassé il y a vingt ans… Foin donc de la culture et de l’inculture !

Huenumadji AFAN 

A suivre !...

BCCM/PS/CHRONIQUE/19032016

© 2014 Tous droits réservés.

Créer un site internet gratuitWebnode